Chanson de l’oiseleur

L’oiseau qui vole si doucement
L’oiseau rouge et tiède comme le sang
L’oiseau si tendre l’oiseau moqueur
L’oiseau qui soudain prend peur
L’oiseau qui soudain se cogne
L’oiseau qui voudrait s’enfuir
L’oiseau seul et affolé
L’oiseau qui voudrait vivre
L’oiseau qui voudrait chanter
L’oiseau qui voudrait crier
L’oiseau rouge et tiède comme le sang
L’oiseau qui vole si doucement
C’est ton coeur jolie enfant
Ton coeur qui bat de l’aile si tristement

*

Jacques Prévert

Reklamer
Published in: on 13 juni, 2007 at 20:33  Legg igjen en kommentar  

Pour faire le portrait d’un oiseau

Peindre d’abord une cage
avec une porte ouverte
peindre ensuite
quelque chose de joli
quelque chose de simple
quelque chose de beau
quelque chose d’utile
pour l’oiseau
placer ensuite la toile contre un arbre
dans un jardin
dans un bois
ou dans une forêt
se cacher derrière l’arbre
sans rien dire
sans bouger …
Parfois l’oiseau arrive vite
mais il peut aussi bien mettre de longues années
avant de se décider
Ne pas se décourager
attendre
attendre s’il le faut pendant des années
la vitesse ou la lenteur de l’arrivée de l’oiseau
n’ayant aucun rapport
avec la réussite du tableau
Quand l’oiseau arrive
s’il arrive
observer le plus profond silence
attendre que l’oiseau entre dans la cage
et quand il est entré
fermer doucement la porte avec le pinceau
puis
effacer un à un tous les barreaux
en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l’oiseau
Faire ensuite le portrait de l’arbre
en choisissant la plus belle de ses branches
pour l’oiseau
peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
la poussière du soleil
et le bruit des bêtes de l’herbe dans la chaleur de l’été
et puis attendre que l’oiseau se décide à chanter
Si l’oiseau ne chante pas
c’est mauvais signe
signe que le tableau est mauvais
mais s’il chante c’est bon signe
signe que vous pouvez signer
Alors vous arrachez tout doucement
une des plumes de l’oiseau
et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

*

Jacques Prévert

Published in: on 10 juni, 2007 at 20:26  Legg igjen en kommentar  

Commentaires tirés de mon livre d´or

«Il y avait tant de soleil, tellement
tu sais
tu m’as trouvée
avec ton chant
brûlée de soleil et de baisers. Toi, qui voyage,
garde un petit baiser de moi
un baiser dansé
un baiser de vent
dans ton souffle

merci»

«Continus de voyager, de vivre et rencontrer. Musique, lecture, le bonheur est là! Merci.»

«Vous jouez très bien Monsieur !»

«Merci d’avoir libéré
nos voix, nos corps
uni nos énergies
l’espace d’un
moment magique.»

«Chant d’espoir, de libération, de fusion, et surtout d’écoute mutuelle si le dialogue était aussi simple le monde serait libre et happy … Merci.»

«Coucou ! Quelle rencontre magnifique que la nôtre ! Merci pour m’avoir fait faire mes premières notes de musique dans la rue. Je sais que nous nous reverrons souvent !»

«Les voix dansent, s’embrassent, fusionnent, se séparent, redeviennent un seul, redeviennent le feu. Et nos cœurs à l’écoute se laissent chavirer, submergés de chaleur. Merci de réchauffer nos ventres.»

«Merci pour cette «pause musicale», c’est toujours agréable après le travail pour nos pauvres âmes fatiguées de l’agitation de Paris ! J’espère vous revoir tous les deux, en attendant, je vous souhaite une bonne continuation ! Aux artistes : une révérence !

Quel ravissement d’écouter attentivement l’union de deux voix sous un porche du Palais du Louvre. Merci pour ce moment empreint de sérénité.

*

Commentaires tirés de mon livre d´or. Avril 2007.

Published in: on 21 april, 2007 at 22:23  Legg igjen en kommentar